Sélectionner une page
4.6
(14)

Lorsque je rencontre Carène en 2017, je suis encore étudiant sur Lyon et à la recherche d’un stage. Responsable des équipes du pôle marketing digital d’une jeune entreprise, nous prenons un café pour aborder les pistes d’un éventuel stage dans son équipe. Depuis et jusqu’à aujourd’hui, elle nous partage ce qui l’a amené vers ce projet de tiny house en passe d’être fraîchement réalisé !
Temps de lecture : 6 min 🙂

Carène Tchong et son projet de tiny house
Crédits photo : Morgane Launay

1) Est-ce que tu pourrais te présenter et nous parler de ton parcours ?

Après des études en marketing, j’ai vécu l’avènement d’Internet et me suis spécialisée dans le marketing digital. J’ai travaillé pendant plusieurs années dans le secteur des nouvelles technologies puis j’ai intégré une startup dans laquelle j’ai eu la possibilité de la faire évoluer.

3 ans, 33 collaborateurs recrutés plus tard et plusieurs levées de fonds, je me suis lancée dans ma propre aventure entrepreneuriale. Des événements pour connecter des personnes entre elles mais dans la vraie vie…

Je voulais prendre le contrepied du digital et connecter les personnes entre elles mais en réel. Les événements ont connu un vif succès. J’étais mandatée par des entreprises pour créer un lien souvent difficile à tisser et les aider à générer de nouveaux contacts concrets, et faciles à transformer.

« Je rêvais de devenir digital nomad et mon compagnon de construire sa maison en bois. La combinaison parfaite de ces deux éléments était le tiny house. »

L’arrivée du covid a mis un coup d’arrêt à mon activité. J’ai profité de ce moment opportun pour m’interroger sur la suite. C’est là que l’idée de la tiny house a pris forme.

Je rêvais de devenir digital nomad et mon compagnon de construire sa maison en bois. La combinaison parfaite de ces deux éléments était la tiny house. Une petite maison écologique en bois posée sur une remorque. Nous nous sommes donc lancés dans l’auto-construction de notre tiny house depuis novembre 2020.

Aujourd’hui, nous voilà sur la fin du gros œuvre et il nous restera encore quelques mois pour réaliser l’aménagement intérieur. Les matériaux utilisés sont à 90% écologiques, ossature, bardage extérieur, lambris et fenêtres sont en bois. L’isolation est en Biofib trio, un mélange de coton, de chanvre et de lin.

Début de construction de la tiny house
Crédits photo : Tiny House Youca

2) Quels sont les enjeux et les challenges dans cette nouvelle aventure ?

Les challenges sont pluri-dimensionnels. La première a titre personnel a d’abord été de quitter mes proches et ma ville natale où j’étais vraiment dans mon élément et ma zone de confort. La seconde est d’acquérir un savoir-faire. N’ayant jamais été manuelle, c’est un apprentissage de tous les instants.

Avec le contexte actuel, il devient difficile de s’approvisionner en matériaux. Il faut donc anticiper où trouver des fournisseurs avec le stock nécessaire. Nous sommes en plein dans cette problématique.

L’enjeu, une fois la tiny house terminée, sera de devenir minimalistes et plus éco-responsables, de tendre progressivement vers le zéro déchet par exemple. Des gestes et comportements qui auraient probablement mis des années si nous n‘avions pas eu ce projet.

3) Quel a été l’élément déclencheur dans ce projet et qu’est-ce qui te motive le plus ?

L’élément déclencheur a été un voyage en van à Tenerife en Espagne fin 2019. C’était un monospace sommaire, sans toilettes, douche ni frigo. On rabattait juste les sièges arrière pour y installer un matelas. Nous n’avons pas pris de douche durant 1 semaine et même ça, ça m’importait peu tellement j’ai aimé ce lâcher-prise.

Je me suis surprise à travers ce voyage et en quelque sorte, cette découverte de moi-même. L’esprit de liberté à ne pas connaître sa destination et choisir au gré de son bon vouloir est un sentiment unique.

Au retour, j’ai proposé à mon compagnon de déménager en province et d’aménager un van. Il s’est montré partant. Ensuite il y a eu l’annonce du 1er confinement où nous sommes restés bloqués à Paris.

Durant cette période, You-Liang me révèle que voyager en van était très bien pour des vacances mais pas pour y vivre à l’année. Il m’évoque son rêve de construire une maison en bois. Il se voyait donc plus construire une tiny house. La parfaite combinaison de nos deux rêves !

J’ai commencé à me renseigner et j’ai tout de suite été conquise. Le mouvement derrière les tiny houses en France est particulièrement tourné vers l’écologie. Ça m’a tout de suite parlé et on s’est rapidement lancé dans ce projet.

4) Est-ce que tu arrives à trouver un équilibre entre ton activité professionnelle et cette nouvelle aventure ?

La particularité de notre projet est que nous nous y consacrons tous deux à plein temps. Nous avions une fenêtre de tir parfaite en terme de timing. Nos deux activités étant en pause à ce moment-là, nous savions que c’était une opportunité à saisir alors on a foncé !

Nous avions des économies et avons emprunté le reste à nos familles. Nous pourrons les rembourser dès que nos activités reprendront.

5) Est-ce que tu considères qu’apprendre à mieux se connaître est important, et permet de lancer un projet qui nous ressemble ?

Au fil du temps et des expériences, nous apprenons à mieux nous connaître et surtout à reconnaître nos limites. Ce que nous pouvons et ne pouvons plus accepter. Pour ça, être à l’écoute de soi est primordial pour savoir ce qui nous anime et ce vers quoi nous voulons réellement tendre. Les réponses se trouvent souvent déjà en nous mais nous avons du mal à les entendre.

Pour aimer réellement, il faut avant tout s’aimer soi-même. Apprendre à être plus indulgent envers soi-même et se pardonner nos erreurs font aussi partie de ce process. C’est ok que tout ne soit pas parfait et qu’est-ce que la perfection si ce n’est une perception ?

6) Dans la vie de tous les jours, qu’est-ce qui t’aide à prendre les décisions justes et à avoir confiance en toi ?

Je peux douter de certaines choses mais jamais de mes compétences. Ça me permet d’asseoir une certaine stature dans mon domaine et dans l’expertise que je partage et transmets volontiers. 

Le secret réside dans le travail. Si tu veux progresser ou réussir, il n’y a qu’une solution, il faut se retrousser les manches et mettre la main dans le cambouis. Ne pas choisir les raccourcis. J’ai passé beaucoup de nuits blanches à travailler d’arrache pied.

Pour moi rien n’est une tannée mais plutôt une nouvelle compétence à acquérir. La façon dont nous percevons les choses est importante. Je crois énormément en la positivité. La positivité engendre de la positivité. L’inverse est tout aussi vrai. 

Aujourd’hui on peut tout apprendre sur Internet. C’est une vraie chance que d’autres générations n’ont pas connu. Choisir sa voie, surtout en cours de route est possible. C’est ce qui se passe actuellement.

Le covid aura eu pour positivité de remettre la quête de sens au cœur de notre questionnement. Est-ce la vie que j’ai envie de mener si je devais mourir demain ? Cette question je me la pose depuis des années. Je veux être maître de mon destin.

« La construction a radicalement changé ma vie et ma conception des choses. Avant, je courais après les soirées networking, maintenant je préfère boire des coups sur des chantiers. » 

J’ai la capacité de monter l’ensemble d’un projet en un temps record avec une vision. Je détecte très vite la viabilité d’un projet et comment le porter jusqu’au bout. L’idée de pouvoir le faire prochainement au fil de mes voyages pour les entrepreneurs envers lesquels j’aurais des coups de cœur me plaît énormément.

7) Pour continuer à t’épanouir sur le plan personnel et professionnel, quelles sont tes aspirations et tes priorités ?

Niveau priorité en ce moment c’est avant tout de terminer la tiny house. Notre première destination sera dans les Landes ou les environs. Nous avons aussi un side project en accord avec nos valeurs mais nous nous laissons encore le temps d’y réfléchir à tête reposée.

La construction a radicalement changé ma vie et ma conception des choses. Avant, je courais les soirées networking, maintenant je préfère boire des coups sur des chantiers.

Pour m’épanouir, j’aspire à continuer de faire de mes rêves une réalité. De toujours avoir cette audace de les concrétiser pour ne jamais avoir de regrets. Je veux ressentir le bonheur d’avoir poursuivi mes idéaux à titre professionnel comme personnel. De ne m’être jamais laissée tomber. D’avoir suivi mes intuitions.

« Le plus beau des voyages ne réside pas dans la destination mais dans le chemin pour y parvenir. » 

Le plus important n’est pas d’avoir échoué mais d’avoir essayé. Cela nous mène toujours vers notre chemin. Un sentier qu’on n’aurait sans doute jamais parcouru autrement.

8) À toutes les personnes qui découvrent ton parcours de vie et qui cherchent à construire leur propre chemin, qu’aimerais-tu leur dire ?

Nous avons tous été stagiaire un jour, c’est une phrase que je me dis souvent. Fabrice Marsella, le directeur du Village by CA à Paris l’a même mis en signature d’emails. Peu importe le stade de votre carrière, cette phrase aura de l’impact sur la suite de votre carrière et sur le style de collègue et de manager que vous serez.

Vous serez le collègue que l’on sollicitera et avec qui il sera toujours agréable de travailler. Plus tard, un manager empathique que l’on appellera pour des conseils avisés ou bien pour des recommandations sur d’autres postes. 

Le seul rôle d’un manager est d’aider son équipe à réussir. Une chose qui m’aide beaucoup, est d’essayer d’expliquer les choses comme j’aurais voulu les apprendre. De manière ludique, simple et concise. 

Sur votre chemin vous rencontrerez des personnes avec des problèmes interpersonnels. Nous en avons tous. Il est donc important de se rappeler que personne ne peut vous blesser sans votre accord.

Si vous ne vous trouvez pas dans un environnement épanouissant, l’herbe sera toujours plus verte ailleurs. Le plus beau des voyages ne réside pas dans la destination mais dans le chemin pour y parvenir.

Le plus dur dans la vie, pour tous ses projets, est toujours de faire ce fameux premier pas. Alors jump !

Fin de construction de la tiny house
Crédits photo : Tiny House Youca

➡️ Avant de terminer, j’aimerais te proposer le jeu du portrait chinois ! C’est un jeu littéraire qui permet d’en savoir plus sur ta personnalité. Prêt ? 🎭

Si tu étais un animal tu serais ? Une panthère 🐾 majestueuse, captivante et discrète.

Un super-héros ? Catwoman 🦸‍♀ agile et mystérieuse.

Un super-pouvoir ? Me télé-transporter 🧞‍♀ à ma guise.

Un défaut ? Je ne suis clairement pas la reine du ménage…

Une qualité ? Bienveillante 👼 

Et la citation qui te caractériserait le mieux ? « “Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux » Marcel Proust

Pour recevoir les futures interviews directement par mail, rejoignez le coin des curieux 🎭

Avez-vous trouvé cet article utile ?

(1 : à revoir / 5 🙂 : très utile)

Moyenne des avis 4.6 / 5. ✅ Avis : 14

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?